2ème étape

Vidéo 1

Vidéo 2

Vidéo 3

Vidéo 4

Nous attendons vos productions pour le vendredi 18 janvier.

12 réflexions au sujet de « 2ème étape »

  1. Classe 8P, Fontenais- Jura

    On ne m’adopte pas. Il y a du vent. Je ne veux pas faire mourir les plantes sinon il n’y aurait aucune originalité. Je ne peux pas vivre, je suis sous terre. Mon âme est sortie de moi. Tout le monde a le 6ème sens. Mon cœur est dans la pénombre. Dehors, il fait nuit noire. Même mon corps m’a oublié. Mon âme n’est plus moulée dans mon corps. Ma famille ne rit plus, elle pleure. J’allais chasser l’ours, mais je mangeais du riz. Les moules m’ont enseveli dans la mer. Soudain, je suis oublié. Dans le noir, je suis. Je serai pourchassé pour ma peau verte. Je suis le vide absolu et je suis rempli d’insectes bizarres et venimeux. Dans la nuit, la peur m’envahit. Quand les yeux globuleux me regardent, je deviens toute bleue. Quand les ailes se déploient, le paradis je vois. Je n’écris pas, je dessine. Je n’ai pas de pouvoir, je ne peux le nier. Je ne viens pas comme serpent, je ne pars pas comme un émeu. Je vais tuer pour me faire remarquer, mais je ne fais qu’apeurer. L’araignée meurt couverte d’insultes et le serpent gagne le pouvoir. La Mort mime le bonheur, tendant ses bras aux vivants. Les promesses de la mort sont aussi venimeuses que les crocs d’un serpent. Je ne veux pas rester sur place à longueur de journée. Je peux me faire griller par le soleil. Quand le soleil s’approche, j’ai peur de me faire griller. Le feu me carbonise, je pleure, je pleure, le poulet cuit, la peine m’envahit. La police m’a trouvé, c’est grillé. –manger, manger, quelle est cette sensation si douce ? Les grillons, ces créatures diaboliques qui m’empêchent de dormir nuit et jour. Rigolote est la vie, mais pénible est la mort. Je ne sens pas bon. Je ne supporte pas le froid parce qu’il faut beaucoup s’habiller. Je ne suis pas recouvert de poussière. Je ne mouille pas tout le monde. Je n’ai pas envie de geler sur mon passage. Je ne me nourris pas du sang des autres. Je demeure sale et pleine d’araignées. Je ne souhaite pas être écrasée. Je n’aimerais pas être tuée pour être vendue. Je ne veux pas voir mes proches mourir et à force de l’être je m’ennuierai. Je ne veux pas que les abeilles se posent sur moi. Je ne mange pas les mouches. Je ne suis pas une tornade qui attrape tout le monde sur mon passage. L’or me vient en catastrophe. Je ne crie pas la destruction. Je ne suis ni vache, ni tortue. Je tourbillonne autour du pop-corn. Je ne démolis pas la limonade. Je ne torture pas la violence. Je n’aime pas enrhumer les gens. Je ne veux pas m’échouer et mourir sur la plage. Je rends les gens malades. Je prends des punitions à force de me retourner, j’ai le tournis. La maîtresse a oublié de nous donner une page de dictionnaire. Sion concentré, Tessin publié, le papier en purée. Une critique pour Patrice, Patrice a fait une bêtise, Patrice est de mauvaise humeur. Une bêtise, une critique, une punaise, la maîtresse de mauvaise humeur. Publier le papier, le papier est brûlé. La bêtise est de mauvaise humeur, car elle s’est reçue une page de dictionnaire. J’ai eu une punition : une page de dictionnaire. Première chose, je parle trop, deuxième chose un oubli de signature, et là, c’est la troisième punaise. Ma mission consiste à finir mon devoir dans la niche du chien. En rentrant à la maison, je suis puni par maman. Je monte dans ma chambre transpirant du dos, je me jette sur mon doudou tigre. Je suis seul, confus, et sans famille. Je ne prendrais pas plaisir à être transformée en farine. Les robots ne remplaceront pas l’humanité. Personne n’a réussi à rendre un robot transparent. Ils ont customisés un robot en robot amélioré. Les robots ont changé l’humanité. Ils donnent beaucoup d’informations et se déplacent en translations. Ils sont toujours en forme et ont de la force. Je ne rampe pas, je marche. Le réveil me fatigue beaucoup. Je ne suis pas sombre dans ma tête comme le noir. Je n’ai juste pas envie de jouer avec les humains. Pour moi, une séductrice fait semblant d’aimer quelqu’un et c’est nul ! J’ai le tournis et je tue. Je n’ai pas de talent.

  2. Je m’appelle Jo, Sticky Jo

    Je ne suis pas toute gluante et brune. Quand je suis malade, j’ai la moque qui coule et j’ai des glaires dans le cou. Je ne suis pas très glamour, j’ai l’impression d’être un têtard qui nage dans du slime. Je suis un escargot et je bave dans une maison hanté. Je colle comme de la glue, Petit à petit, je remonte la pente jusqu’à ne plus être malade. Je n’aime pas m’ennuyer. J’ai le tournis et je tue. Je ne veux pas boire de sang. Quand je ronfle ça fait du bruit. Je n’ai pas de point faible. Je m’éclate sur le sol très fort. Je ne mange pas les mouches. Je suis toujours très mal chaussé. Je suis joyeuse. Je suis la plus petite et la plus grande. En hiver il fait trop froid, le matin il n’y a pas assez de soleil. Je m’appelle Jo, Sticky Jo. Je fais trop de victimes et je crée plein de débris. Je meurs dans du sang à cause du harcèlement et des bagarres. A cause d’un meurtre, je deviens un cadavre. Mon squelette se décompose à chaque fois qu’on me dit des moqueries. On me dit d’immense méchanceté. Je me fais victimiser donc je deviens timide. J’espère pouvoir me mesurer à tous ces gens et gagner ma victoire. Je ne suis pas un cadavre. Je ne commets pas de meurtre ni de génocides. Je n’ai pas d’armes et je ne pratique pas couramment la décapitation. Une fois la victoire connue, le virus s’abattu sur ma team dehors le vide émet des vibrations. Je suis la mort. Quand je fais des meurtres pour moi c’est la victoire. Mon activité préféré c’est frapper des soumis. Je regarde des sticks de poissons derrière la vitre. Jo, je m’appelle Jo, Sticky Jo. L’hiver il fait froid. Je ne suis pas heureuse tous les jours. Je souhaite ne pas être brûlée et ma main je la veux. Je demeure sale et pleine d’araignées. Cet arachnide est très velu. Cet aromate sent très bon. J’ai peur de l’école. Mon armoire est envahie de toile. Mon étoile est très collante. Cette arène est pleine de rayure. Je suis allergique au venin. J’aime accrocher mes pattes au mur, je déteste les insectes. J’adore cet arome. Je pense qu’il faut du temps pour traiter les fleurs. Je m’appelle Jo, Sticky Jo. Les toilettes ça puent. Des épinards ce n’est pas bon. Des personnes me mettraient à l’intérieur de leur bouche. J’aime quand ça bouge. J’adore la raclette. Je ne veux pas que les fillettes s’assoient sur ma bicyclette. Le fromage me fouette les narines. Le ratrak roule sur mon râteau. Je mange des oignons, des cornichons pendant le repas convivial. Je me suis fait racketter ma baguette. Je suis le meurtre. Je suis l’idole d’un cactus. Je n’aime pas me lever le matin ça fouette. Je n’ai pas d’ami. Je suis Donald Trump, tout le monde veut me tuer. Je ne suis pas sanguinaire. J’ai toujours froid. Je n’ai pas d’antenne. Jo, je m’appelle Jo, Sticky Jo.

    8H Ecole de Miège – Valais
    Enseignante : Marielle Savioz

  3. MISSION 1 GROUPE MERCREDI Classe 8FR252 de la Chaux-de-Fonds
    Bonjour, je m’appelle Loliemha Nogael-zili.(Mon nom a été formé avec le début du prénom des élèves de notre groupe).
    J’ai peur car la plage peut basculer à tout moment. Je pleure quand je vois l’ eau . Je manque de place en vacances .Les poissons me mangent. Je plie les linges. Au large, je vois le sable. Je marche sur les coquillages. Je nage au-dessus des algues. Je range les parasols. Je suis le prolongement de la nuit. Je suis vif et coloré en même temps. Je ne fais pas de bruits assourdissants. Je n’aimerais pas être tué pour être vendu. Je ne crache pas du feu sur les gens. Je suis joyeux de la mort des gens. Je ne veux pas de vie sans vie. Je n’ai pas peur des mines, ni des ruines. Je sombre dans la fortune de la lune. Je suis nul et j’en ris. Je m’approche des planètes mais pas de l’espace. Je sens que le feu me brûle de l’intérieur. L’incendie dégage une fumée. Frire m’a fait des brûlures. Des feux follets me guident dans la fôret crâmée. Je ne veux pas faire mourir les plantes. Je veux vivre longtemps. Je suis trop petit. Je ne veux pas être en guerre. Je travaille dans un garage. Je suis sur google et je commande une guitare. Mais quand je reçois mon colis , il y avait une bombe atomique. Du coup ça a explosé, mais je ne suis pas mort par contre j’ai plein de blessures. Ca à tout détruit alors trois soldats avec leurs armes sont arrivés. Pendant ce temps mon chien avec sa grande gueule dévore un gâteau. Je ne veux pas m’échouer sur la plage. Je suis le vide absolu. Je n’ai pas envie de tacher le monde. Je suis l’idole d’un cactus. Je ne sais pas où je suis. Je ne veux pas être froid et triste. Je ne veux pas me faire couper et transformer en papier

  4. Je m’appelle Kim, je m’appelle Kim Mamadou.

    Je n’aime pas avoir trop chaud. Je ne suis pas ennuyante. Pratiquement tout le monde a peur de moi. Je n’embête pas les gens pour aller à l’école. Je ne peux plus me manger.
    Je casserais trop de verre.
    Je m’appelle Kim,
    Kim Mamadou.
    Je disparais juste pour que les hommes payent leur loyer. Je fais de la magie noire. Je fuis le danger. Je me volatilise tout le temps. Je pars de chez mes parents tous les jours. Mes parents se disputent tout le temps. Je vois s’envoler les oiseaux tous les jours. Ma voisine me paraît bizarre. Mes parents discutaient pour acheter un disque. Ma maman va au spa tous les matins. Je suis le vide absolu et je suis remplie d’insectes bizarres et venimeux. Je ne suis pas dangereuse, mais je peux être vénéneuse. J’ai le venin d’un serpent. J’ai des dents pointues. Je peux être très méchante. J’habite à Venise.
    Je vais déménager à Nîmes. Je m’appelle Kim, Kim Mamadou.
    Je ne suis pas un monstre biscornu. Je ne suis pas une bibliothèque glauque. Les gens me trouvent diabolique, je trouve ça zarbi. Je ne suis pas un escargot comme les autres.
    Je m’appelle Kim, Kim Mamadou.
    Je ne suis pas une légende irréelle. Je ne suis pas de l’art hasardeux. Tout ce que je veux je le trouve sur Amazone.
    Je m’appelle Kim, Kim Mamadou.
    Je crame sur l’appareil à crêpes. J’ai brûlé mon bâtiment: il y avait du feu parce que j’ai cramé ma crêpe. J’ai aimé cette nourriture. J’ai fissuré mon crâne.
    Je ne souhaite pas être jaune ni avoir des trous. Je suis la plus petite et la plus grande. Je me ferai réduire en compote et en morceaux pour les gâteaux. Je ne suis pas faite à moitié de plastique. Je ne suis pas froide. Je suis un mélange de noir et de blanc. J’existe et je donne envie de roter. Je ne veux pas tuer et avoir le tournis.
    Je m’appelle Kim,
    Kim Mamadou.
    Je ne me nourris pas du sang des autres. Je ne sentirais pas bon du tout.
    Je n’aime pas me réveiller. Le réveil me fatigue beaucoup.
    Je ne veux pas être connue. Le kaki ce n’est pas bon. Je n’aime pas les araignées. Je ne suis pas une couleur triste. Je ne suis pas dangereuse. Je ne détruis pas tout sur mon passage. Je me sens comme un fruit mort déformé par la pluie ayant perdu son goût fruité. La pluie me donne envie de pleurer elle me déforme et me fait penser à la guerre.
    Je ne suis pas très grande.
    Je m’appelle Kim,
    Kim Mamadou.
    J’adore la raclette. Trump c’est trop un dindon. J’aimerais aller dans une ferme pour acheter un dindon. Comme il n’y aura que des poulets à plumer, je devrais en donner un à mon ami Noël. Macron est en Inde où il fête Noël en mangeant de la dinde devant un feuilleton de Jean-Paul Gautier. Il y a un feuilleton sur l’Inde où l’on mange du dindon. À Noël on mange beaucoup de dindes.
    Je m’appelle Kim et je pars avec Dingo en Indonésie pour acheter un oiseau dans un donjon!
    Je m’appelle Kim Mamadou
    Je n’arrive pas à dormir. Je n’aime pas le rose. Je regarde Superman jalousement. Mes muscles dopés ne sont pas au rendez-vous.
    Je m’appelle Kim, Kim Mamadou!

    Classe de 8H Monika Witschi Dayer et Véronique Gulas (Monthey)

  5. Bonjour Vincent,

    Voici la production des élèves de l’école St Rémy – Braine-le-Château – Belgique.

    Ils ont vraiment pris beaucoup de plaisir à réaliser ce 2ème atelier. Ce qu’ils ont le plus apprécié c’était de pouvoir « se lâcher » et d’écrire des phrases insensées…

    Théo Fil. Je m’appelle Théo Fil. Je préfère qu’on me voie. Je ne veux pas me faire arracher trop rapidement. J’ai trouvé un rat et je l’ai pris dans la cuisine. La paix est importante pour le monde tout comme l’attachement est important pour les gens. Je n’aime pas tuer les hommes avec un arc à flèches. Ce n’est pas bien de voler des choses. Une banane ça ne prend pas l’avion trop longtemps. Je n’aime pas les gilets jaunes. Je mange des fruits exotiques. J’ai un copain qui ressemble à un singe. Je me suis fait bannir par un bananier. Être banal c’est nul comme le canal. J’aime sauter de liane en liane. Le chant me casse les oreilles. Je suis un serpent et personne ne m’aime. Donald Trump ressemble à une carotte. Je ne saute pas aussi haut qu’un lapin. Je pourrais te manger si je suis affamé.Te peler ne me servirais à rien. Mes parents ne m’ont pas choisi à la carte. Je ne veux pas sortir de toi de la même façon que le caca.Tu es peut être rigolote mais tu n’es pas suffisante pour moi. Je n’ai pas été créée pour être un légume à tes yeux.
    Je ne roule pas aussi vite qu’un roller dans ton coeur.
    Fil, Théo Fil. Je ne suis pas sombre à l’intérieur. Le noir reflète la peur sur mon ombre. Le bruit de la brebis me fait penser au trou noir. Songer dans le noir, sondage dans la peur, ombre dans le trou noir. Je suis motivé seulement pour les choses qui m’intéressent. Je préfere agir mal que ne pas agir du tout.J’aime réussir ce que je fais. J’adore chanter en me lavant.J’aime être optimiste en mangeant des frites. Un verre en verre est un verre en forme de vers. J’aime apprendre à dormir la nuit. En hiver, il fait froid et en été, il fait chaud. J’aime les gens qui ne parlent pas. Je ne souhaite pas avoir de la morve partout. Je n’aimerais pas être dans ton nez pour ressortir de mucus. Si ton nez coule, mouche-toi. Ne mange pas tes crottes de nez ! Je n’aime pas avoir trop chaud. Je ne suis pas trop petit pour me promener sans me faire écraser. Je me suis éclaté le pied. Mon poney est asiatique . Ma mami est rapide. Mon père utilise un rasoir. J’ai égalisé ma pizza. J’ai aiguisé mes ciseaux. J’ai étalé mon papi pour lui faire des massages. Je ne rampe pas, je marche.
    Théo, Fil Théo. Je crois que le soleil a des yeux. Je suis beaucoup trop sucré. Je ne suis pas un tueur. Je ne suis pas quelqu’un de méchant. Je ne suis pas brun, je suis blanc. La texture de mon dos est bizarre.
    Je m’appelle Fil Théo. J’aurais le mal de terre. L’après-midi, je ne pourrais pas jouer à la Play. Les gens ne me salissent pas. Je ne suis pas le plus petit ni le plus grand. Je n’ai pas envie de me réveiller. Je ne voudrais pas me battre en permanence.
    Je m’appelle Théo Fil. Je ne rampe pas sur le sol. Je ne suis pas une réaction chimique. Je fais peur aux enfants en plus. Je fais du sport et je ne dors pas sans arrêt. Je sais parler et je ne suis pas sourd. J’aime être soigneux.
    Fil, Fil Théo. Je ne suis pas un voleur. Les carottes sont cuites. Je n’aime pas manger la carrosserie d’un légume orange. Je ne suis pas une carte qui rote par terre. Je ne suis pas un poulet rôti en train de tenir sur les poteaux de Koh-lanta. Je ne suis pas entrain de cuire un humain. Je n’aime pas roter sur la carrosserie des voitures. Je ne suis pas une carte entrain de manger de la terre. Je ne le prends jamais. Je ne veux pas me faire souffler. Je n’ai pas de point faible.
    Théo, Théo Fil. Je ne veux pas être manipulé par une fille. Je ne veux pas qu’on contrôle mes humeurs. Je ne veux pas me faire déguiser en marionnette. Je n’ai pas envie d’un gâteau aux légumes pour mon anniversaire. Mon ami est trop à la mode avec son pull. Ma main est pleine d’amour. Mes maniques sont trop éplucheuses. Je ne veux pas qu’on me confonde comme un méchant. J’ai le nez droit.
    Je m’appelle Théo, Théo Fil.

  6. Bonjour voici la suite pour la classe 8 FR 252 de la Chaux-de-Fonds MISSION 2 GROUPE VENDREDI Bonjour, je m’appelle Julima Altadiol (nos débuts de prénoms)
    Je trouve le bruit de la craie désagréable. Je serais gazeuse et les bébés n’aiment pas le gaz. Je trouve que la nuit est trop courte. Je disparais juste pour que les hommes paient leur loyer. Je suis motivée seulement pour les choses qui m’intéressent. Parcourir ce texte t’aidera à te motiver et à te sentir mieux . J’aime découvrir car je possède beaucoup d’imagination . Acheter l’imagination ça n’existe pas mais ont peut la parcourir . Trouve de l’énergie et tu pourras parcourir le monde avec le destin . Quand tu lis , tu es souvent vive car ce livre possède beaucoup de choses imaginables qui te donnent de l’excitation . Avoir de la chance c’est comme avoir eu de la motivation. Etre confiant et courageux t’aidera mieux pour ta vie. L’organisation peut t’aider à être courageuse et vaillante. Ecrire à un moment de ta vie difficile t’aidera beaucoup et tu te sentiras mieux . Si tu as réussi à imaginer le texte tu te sentiras soulagée et motivée .Je suis beaucoup trop sucrée. Je trouve qu’il fait trop froid et le feuilles des arbres tombent. Je n’ai pas de nez, une tête horrible. C’est l’histoire d’un petit garçon qui s’appelle Peur Rizblé. Un jour, il s’est fait arracher le bras dans un accident. Il y a eu beaucoup de sang et des blessures. C’était terrible et dégeulasse. Alors il a horrifié la bible en or. C’était une horreur. Je suis le méchant dans Harry Potter. Dans le film magique,les sorcières ont des baguettes qui peuvent faire des erreurs . Dans le train qui mène a Poudlard il y a plein de chouettes. Le voyage dure des heures pour arriver aux habitations . Il apprennent a transformer du riz en tableaux d’art . Quelle horreur! Si on ne me cuit pas assez, les gens tombent malades. Sous la couverture, dans mon lit à l’hôpital, j’entendis un malheureux lapin manger sa jolie salade. L’alarme sonna et toutes les personnes folles comme cette lady coururent vers ce manoir. Malheureusement, la température augmenta et la plupart des gentlemen tombèrent par terre et moururent . Et devinez qui était là pour nous faire sortir de l’hôpital ? Je ne suis pas gothique. Une règle ça mesure. Je serais en voie de disparition. Je me ferais arracher. Le matin, il faut se lever. Du café, c’est dégueulasse. On me taille et après on me jette. Je me mettrais dans la bouche des enfants. Je ne veux pas être tous les jours en hauteur.

  7. Classe 8H, Saillon
    Enseignante: Rose-Marie Sierro

    Je trouve les insectes mignons et ne voudrais pas les manger. Je n’aime pas avoir trop chaud. Dujardin, je m’appelle Jean-Pierre Dujardin. Mes mains sont toujours congelées. Je viens de la Terre. J’aime dormir la nuit. Donald Trump est méchant. Je ne veux pas être mangé. Je n’aime pas être trop lente. Je ne voudrais pas avoir le tournis et avoir de la terre sur moi. Je ne suis pas un rat. Dujardin, je m’appelle Jean-Pierre Dujardin. Je n’aimerais pas être tuée pour être vendue. J’entends toujours la chasse d’eau. Je ne suis pas quelqu’un de poussiéreux. Mon poussin nage dans la saleté. Je fais un vide-greniers mais personne n’achète mon vieux sopalin. Je passe l’aspirateur derrière mon coussin bleu. Je ne pousse pas mon siège car il y a un mendiant derrière. Je suis sérieux quand je fais le ménage avec le président. Quand je fais du rangement je deviens fin. Le noir me fait peur. Je cours tout le temps. Je crame sur l’appareil à crêpes. Dujardin, je m’appelle Jean-Pierre Dujardin. Je ne veux pas que l’on me colle. Je n’aime pas le rose. Je ne suis pas mangé. J’en aurais des frissons. Je n’ai jamais froid car je suis tout petit. Quand j’ai les cheveux frisés, il m’arrive que des malheurs. Quand il y a du soleil je suis glacé. Le son de la sonnette me donne la trouille. Quand les frites sont grasses, mes cheveux courts sont gras. Mon meilleur ami me fait toujours peur. Je ne voudrais pas avoir la Terre sur moi. Mes mains sont toujours congelées. Je suis sale et pour moi ce serait impossible de vivre comme ça. Il fait froid, il fait noir. Je ne suis pas faite à moitié de plastique. Je ne suis pas une plage, je suis bleu. Le moustique lisse la gomme. Le stabilo nage dans le plat. La tique masquée va à une fête. Le chat mange le stylo. Un verre règle ses comptes sur une plaque. Je n’ai pas envie d’être chimique. Je me fais plastifier par un moustique. Je mets du pétrole sur mon élastique. La statue est faite de terre. Les déchets ont une querelle avec la pollution. La place est couverte de neige qui ne fond pas. Je n’aime pas le froid. Je suis comestible. La texture de mon dos est bizarre. Je ne veux pas être en voie de disparition et je n’ai pas envie d’avoir l’estomac rempli de plastique. Cuisiner, j’adore ça. Dujardin, je m’appelle Jean-Pierre Dujardin. Je me fais écrabouiller et je reste sur place. J’aime la purée de mort. J’aime mixer de la boue. Je suis un crabe mort, mais je suis habile. J’écris avec de la purée de poire. Je suis mouillé, tout mou et gluant. J’aime manger des pommes de terre avec des rats des champs. J’aime bien manger des crêpes sur une feuille au lieu de sur une assiette. Les pinces dans la bouillie, ça me pince la langue. J’ai trouvé un écran de télévision sur cette île isolée. Hier on m’a écrasé au sol comme un rat. Dessous la bouillie, j’ai trouvé des boules en train de bouillir. Je me suis fait aplatir comme une crêpe dans un plat. J’aime quand il fait beau. Je ne suis pas vert. Je ne suis pas un distributeur d’eau. Je mange mon argent à midi. Chaque matin j’appelle un numéro inconnu. Je distribue de la buée. Je trie mon alimentation. A trois heures je dirige mon chien pour qu’il m’achète une boisson. Je distribue dans mon district des taille-crayons. Je ne suis pas un tueur de tracteur. Je ne suis pas un plastique. Je suis de la nourriture qui discute avec un code en plastique. Je suis une personne qui tape un tracteur dans les égouts. Je ne suis pas de la nourriture triée. Je suis un tueur de tracteur qui discute avec un distributeur. Je ne me fais pas manger par un requin. Je n’ai pas de point faible. J’ai peur d’être brulé par la force de la lumière. Le portable est si grand qu’il allait m’écraser. Je ne me fais pas manger par la Bible. Je ne suis pas une couleur blanche. Je me fais écrabouiller et je reste un fou. Je n’ai pas envie d’avoir l’estomac rempli de flemme.

    Jean-Pierre Dujardin

  8. Classe de 8H, de Florence Lovey à Saillon

    Je m’appelle Emilie
    Je pleure pour Malaurie parce qu’elle s’est faite mitrailler par des M&Ms. Je jaunis parce que j’allaite chez H&M. Je suis militaire chez les minions. Je tue les bébés avec une mitrailleuse. J’ai acheté un biberon chez H&M et pour ne pas payer, j’ai sorti ma mitraillette. J’aime assassiner les parents des enfants. Je ne veux pas être mangée après un mois de vie. Je préfère le vert. J’aime être entière. J’aime avoir chaud. Je n’absorbe pas l’eau sale. J’aime être seule. Je ne prendrais pas plaisir à être transformée en farine. Je parlerais encore plus que d’habitude. Je me mettrais dans la bouche des enfants. J’aime le sport. Je n’aimerais pas être tuée pour être vendue. Je joue à Fortnite en mangeant mon père Dodu avec Dupond et du pain. J’achète la fondue et j’abandonne la nourriture. Je marche et pourtant je suis ventriloque sans le savoir. Je marche en me débarrassant de mon ventre. Le vendredi, je vais au marcher faire les vendanges. Je ne fais pas peur. J’aime dormir. Donald Trump, il est raciste. Je ne suis pas moche comme un canard, je m’appelle Emilie et j’habite aux USA. Ma passion est la trompette. Tous les jours, j’appelle Pauline pour tondre ma pelouse humide où se trouve mon trampoline. Je traumatise les petits enfants avec la troisième guerre mondiale. Trompée par Pauline, dans la tristesse, je reprends ma trottinette. On me déteste dans le monde de la politique car je suis raciste. Je suis la jumelle de Donald. Je m’éclate sur le sol très fort. J’ai des jambes et des bras. Je meurs rapidement. Je viens de la terre. Je suis seule, confuse et sans famille. J’aime le rythme. La couleur du sang me dégoûte. Un ange est arrivé et m’a transformée en singe car je m’étais blessée. Un clown tueur est arrivé et a glissé sur une sardine et il est tombé sur un sanglier. J’ai vu un nez rouge par terre dans ma grange, mais il avait peur du noir, alors il s’est enfui. Je suis allée à la guerre en bonne santé, mais un soldat m’a tuée et le sanglier et le singe sont arrivés et l’ont tué avec des sardines. Je suis montée dans ma grange et j’ai eu peur car j’ai vu une mare de sang rouge par terre, mais ce n’était que le ketchup du sandwich d’un singe. J’aime faire la paix. Je ne veux pas que l’on me mange et que l’on m’écrase. Je trouve le bruit de la craie très désagréable. Ma sœur crie et pleure quand elle doit manger une grenade pour le dessert. Tous les samedis, il y a trop de bruit, je ne peux pas me détendre. Quand j’ai des boutons, c’est pénible et ça me fait des blessures. Cette phrase est blessante et désobligeante. Dans mon grenier, j’entends souvent des grincements et ça me fait mal aux oreilles. Je n’aime pas avoir des frissons. Certaines personnes, me dérangent en m’agressant. Je ne voudrais pas être méchante en disant ce que je ressens. Je n’aime pas le bruit de grincement de la chaise. Je n’aime pas me blesser sur le nez. Je ne me désintègre pas dans la vie réelle. Je m’énerve quand mon chat sale revient à la maison. Je suis insatisfaisante quand je reçois mon bulletin scolaire. Mon frère me dérange souvent. Je n’ai pas de nez, une tête horrible et suis le plus méchant dans Harry Potter. Je n’aime pas les gens moches. Je n’ai pas mal aux dents. Je ne suis pas méchante. J’ai des jambes comme des cannes de hockey. Je n’ai pas beaucoup d’or. Je lis la Bible avant de m’endormir. Je m’énerve facilement. Je ne me roule pas dans la boue et je ne pue pas. Je ne ponds pas d’œufs sous la peau. Je ferais mal aux gens. Je ne me nourris pas du sang des autres. Je ne fais pas peur aux autres et je ne les dérange pas avec des toiles d’araignée pleines d’insectes attrapés. J’aime faire la grasse matinée. J’aime les couleurs foncées. Le corps humain me dégoûte. Je ne voudrais pas mettre mes pieds dans une gouille de boue. Quand je vais à l’école, je ne voudrais pas marcher sur une crotte. J’aime goûter du cochon découpé. J’aime tenir une manette. J’aime dessiner un cœur.

  9. Je suis Jack Clom et je ne veux pas être manipulé par une fille. Je n’aime pas toucher mes mains, je préfère toucher un poulet. J’ai des manies de trahir tout le monde même si c’est méchant. Le chantage c’est comme mentir, c’est méchant. Ce poulet a des manies de peler. J’adore toucher des pulls, mais je me sens manipulé. Je ne suis pas un arnaqueur, mais je peux voler. Je ne suis pas forcément un voleur chaque jour. Je me fais arnaquer. J’ai peur de ma mamie quand elle est méchante. Je serais humide et trop gêné. Cela me fait tourner la tête. Je n’embête pas les gens pour aller à l’école. Les devoirs et l’écriture c’est trop répétitif. Il faut écouter les profs pour réussir les contrôles. Il y a trop de travail et pas de temps libre. Ce serait mieux que les heures de colle soient dans la cour. À l’école, il y a trop de devoirs. Il faut se réveiller. Je ne veux pas me réveiller. Il fait trop chaud. Je ne suis pas sèche ni chaude. Je ne pue pas. Je ne suis pas des toilettes. Je n’aime pas l’eau, je ne suis pas un lavabo. Je n’aime pas le savon. Je ne suis pas un toit, je n’ai pas de voile. Je n’aime pas l’espace, il n’y a pas de lettre. Je n’aime pas les vieux urinoirs, il y a des toiles. Je ne suis pas possédé. Je ne tourne pas dans tous les sens. Je ne veux pas boire du sang. Au prix de mes efforts je sors de ma tombe et lorsque je me vente, on s’enfuit en courant. Je ne veux pas voir mes proches mourir et à force de l’être je m’ennuierais. Je suis Jack Clom et je n’aurais qu’une cérémonie et je ne verrais que des personnes vides. Ma fête surprise va faire mourir un cerf. Je ne suis pas une momie mais j’ai de la monnaie. Je fête mon mariage dans un cercueil. Mon cerf nie mon accueil. Je veux mourir dans un cercueil surprise. Mon esprit n’est plus de l’autre côté de la vitre. Ma vie est composée de tristesse et solitude. La mort, sombre trou, m’aspire longtemps sans vraiment le faire. Mes sens me donnent plus d’idées valides. Je me souviens de cette vidéo, noire, puis rien. Beaucoup d’enfants ne m’aiment pas. Je ne bois pas d’alcool et ça sent mauvais. Je m’aime le week-end mais je me déteste en semaine. Je ne voudrais pas que mes piquant se retournent contre moi. Il fait trop noir. Je n’explose pas de saveurs si l’on me mange. C’est dur à avaler, c’est gluant. Je n’ai plus de main à cause d’un pari débile. À l’école, ça parle trop vite.

  10. Je m’appelle Pouchki Doutchki

    Je ne suis pas très accueillant. J’ai toujours envie de me manger. Je suis tout petit. Ça me fait frissonner. Pourquoi Pouschki mange son gaspacho et il t’entend refaire ton devoir ? Je garde une voiture pour aider une amie. Je gare mon bus. Je visionne la télé retournée. Je photographie les animaux apprivoisés. Je m’éclate sur le sol très fort. Je suis très sombre aussi. Je ne me soucie pas du sang des autres. Je n’aime pas quand tout le monde ronfle. Je regarde des choses en secret. Mon coffre renferme mon intimité. Un agent est couvert de mensonge. Dans ma carte de crédit je renferme mon amour pour sa mort. La semaine passée, j’étais toute rouillée par la pluie. Je cache mon carnet dans le trou de ma baignoire. Sur la Tour Eiffel se trouve ma trousse d’école. La maîtresse est allée chez le coiffeur pour se faire une crête. Ecrire dans les nuages est d’une simplicité absolue. On mange nos peurs. La clé c’est la réussite. La police prend les armes. Les tueurs sont jaloux. Le mètre a sonné. La mer les accueille. Il navigue vers la mort. La vie leur a menti. Je serai pourchassé par ma peau verte. J’entends toujours la chasse d’eau. Je ne suis pas gourmand. Je suis l’idole des cactus. Je viens de la terre. Je rampe sur le sol. On ne me pique pas le nez. Je pollue trop et quand je n’aurai plus d’essence, je ne servirai plus à rien. Je fais trop de victimes. Les frites que je mange sont noires. La pluie sonne à la porte. Quand j’ouvre mon frigo j’ai des frissons. Je tremble à chaque fois que je marche sur le trottoir. Mes parents ont froid quand ils me voient. Mon fruit préféré est dans la perruque à ma mère. J’adore les sushis bleus.Je viens de la terre. Je n’ai pas de force. Je ne veux pas trop avoir le tournis. Je ne lis pas de livres. Je ne voudrai pas être une douche car ce serait trop louche. Je suis rempli de souris. Je ne souhaite pas être T’choupi qui vomit sur Poucki. Je ne veux pas être un carrousel avec un gros mal de tête. Je ne voudrais pas être un lit dans une tornade de vernis. Je n’aimerais pas être un fruit pourri. Je ne serais pas d’accord de tourner comme une toupie. Je voudrai laisser grandir les enfants et ne pas faire vomir. Je suis trop sucré. Je suis l’idole des cactus. Je n’aime pas m’ennuyer. Je garderais volontiers mon nez. Je n’aime pas être trop lente. Je suis rempli d’insectes bizarres et venimeux. Je n’aime pas me réveiller et avoir envie de dormir. Je ne sais pas où je suis. Je ne veux pas blesser. Je n’aime pas faire mon lit. Je suis confus et sans famille. Ma peur me hante jour et nuit. Cette sonnerie me remplit d’effroi. Ma solitude me rend malade. Je griffonne sur le papier de mes frites. Je chantonne sous les nuages sombres. Le soleil me glace le sang. Je dessine des frises dans ma chambre sombre. Le froid pénètre dans mon esprit.

  11. Je m’appelle Pouchki Doutchki

    Je ne suis pas très accueillant. J’ai toujours envie de me manger. Je suis tout petit. Ça me fait frissonner. Pourquoi Pouschki mange son gaspacho et il t’entend refaire ton devoir ? Je garde une voiture pour aider une amie. Je gare mon bus. Je visionne la télé retournée. Je photographie les animaux apprivoisés. Je m’éclate sur le sol très fort. Je suis très sombre aussi. Je ne me soucie pas du sang des autres. Je n’aime pas quand tout le monde ronfle. Je regarde des choses en secret. Mon coffre renferme mon intimité. Un agent est couvert de mensonge. Dans ma carte de crédit je renferme mon amour pour sa mort. La semaine passée, j’étais toute rouillée par la pluie. Je cache mon carnet dans le trou de ma baignoire. Sur la Tour Eiffel se trouve ma trousse d’école. La maîtresse est allée chez le coiffeur pour se faire une crête. Ecrire dans les nuages est d’une simplicité absolue. On mange nos peurs. La clé c’est la réussite. La police prend les armes. Les tueurs sont jaloux. Le mètre a sonné. La mer les accueille. Il navigue vers la mort. La vie leur a menti. Je serai pourchassé par ma peau verte. J’entends toujours la chasse d’eau. Je ne suis pas gourmand. Je suis l’idole des cactus. Je viens de la terre. Je rampe sur le sol. On ne me pique pas le nez. Je pollue trop et quand je n’aurai plus d’essence, je ne servirai plus à rien. Je fais trop de victimes. Les frites que je mange sont noires. La pluie sonne à la porte. Quand j’ouvre mon frigo j’ai des frissons. Je tremble à chaque fois que je marche sur le trottoir. Mes parents ont froid quand ils me voient. Mon fruit préféré est dans la perruque à ma mère. J’adore les sushis bleus.Je viens de la terre. Je n’ai pas de force. Je ne veux pas trop avoir le tournis. Je ne lis pas de livres. Je ne voudrai pas être une douche car ce serait trop louche. Je suis rempli de souris. Je ne souhaite pas être T’choupi qui vomit sur Poucki. Je ne veux pas être un carrousel avec un gros mal de tête. Je ne voudrais pas être un lit dans une tornade de vernis. Je n’aimerais pas être un fruit pourri. Je ne serais pas d’accord de tourner comme une toupie. Je voudrai laisser grandir les enfants et ne pas faire vomir. Je suis trop sucré. Je suis l’idole des cactus. Je n’aime pas m’ennuyer. Je garderais volontiers mon nez. Je n’aime pas être trop lente. Je suis rempli d’insectes bizarres et venimeux. Je n’aime pas me réveiller et avoir envie de dormir. Je ne sais pas où je suis. Je ne veux pas blesser. Je n’aime pas faire mon lit. Je suis confus et sans famille. Ma peur me hante jour et nuit. Cette sonnerie me remplit d’effroi. Ma solitude me rend malade. Je griffonne sur le papier de mes frites. Je chantonne sous les nuages sombres. Le soleil me glace le sang. Je dessine des frises dans ma chambre sombre. Le froid pénètre dans mon esprit.
    8H, Vex 🙂

Laisser un commentaire