2ème étape

 

Bonjour à vous ! Je vous souhaite une très bonne année 2017, toute en douceur et en créativité. J’espère que vous avez passé de belles fêtes et que vos cadeaux vous ont comblés. Nous allons aborder la deuxième étape de notre atelier. Vous avez dressé le portrait de l’artiste que je vous avais attribué et j’en suis ravi. Les profils sont assez différents. Même lorsqu’ils sont proches, les noms de scène et les numéros des artistes permettront de bien les différencier.

Dans cette deuxième étape, vous n’allez pas « alimenter » votre histoire en écrivant un chapitre 2. Cette  nouvelle phase sera une phase de réflexion. Chaque classe va réfléchir à la disparition du directeur. Qu’est-il devenu ? Est-il mort de mort naturelle ? S’est-il enfui ? A-t-il été kidnappé ? Tué et son corps caché ? etc… S’il a été tué, par qui ? Quels sont les artistes qui connaissent la vérité ? Je vais vous demander de m’expliquer ce qui, selon vous, s’est réellement passé. Il existe de nombreux personnages, donc beaucoup de possibilités. Dans les prochaines étapes de l’atelier, chaque classe construira sa propre enquête à partir de ses choix.

Comment allez-vous procéder ?

Je vous propose d’abord de revoir le sens de trois mots propres aux enquêtes policières. Ces mots sont les suivants :

Le mobile d’un crime : c’est la raison pour laquelle le criminel commet son crime.

Un complice : quelqu’un qui participe au méfait, au crime d’un autre.

Un témoin : personne qui a vu ou entendu quelque chose et qui peut éventuellement le rapporter et le certifier.

  

Une fois le sens de ces mots précisé, je propose aux enseignants d’imprimer la feuille jointe à ce message. Elle contient les portraits succincts des artistes que j’ai constitués à partir de chaque interrogatoire. Chaque élève aura devant lui cette feuille. Vous lirez en commun à haute voix les brefs portraits des artistes écrits par les autres classes. Chaque élève aura ainsi sous les yeux toute la panoplie des personnages avec leurs particularités principales. Si vous avez besoin d’une précision sur un artiste, rien ne vous empêche de consulter son interrogatoire en allant sur le site de la BDL.

 

Je vous propose ensuite de réfléchir sur ce qui s’est réellement passé le soir du 31 octobre 2016, pendant le spectacle. Qu’est-il advenu du directeur ? Pourquoi a-t-il disparu ? Y-a-t-il eu un meurtre ? Si oui, qui parmi les artistes l’a commis ? Et pourquoi ?

Pour trouver ces réponses, vous pouvez procéder selon vos habitudes.

Ce peut être une recherche en commun, orale, chacun proposant des pistes. Vous ferez le tri des idées cohérentes et vraisemblables et vous établirez le meilleur scénario, selon vous, à partir de toutes les idées. Ce peut être aussi un travail effectué « par groupes ».

Attention : l’artiste dont vous avez dressé le portrait doit jouer un rôle important dans le scénario (il peut aider l’inspecteur, être un témoin, un coupable, complice, suspect…)

Je suggère de mon côté une démarche que vous pouvez suivre si vous le souhaitez :

Après avoir consulté les différents résumés des portraits, chaque élève réfléchit et donne son avis en écrivant sur une feuille ce qu’est devenu le directeur. Est-il mort ou vivant ? Qui est le (la) coupable s’il y a eu meurtre et quel est le mobile ? Comment le directeur est-il mort (s’il est mort) ? Y a-t-il des complices ? Des témoins ?

Le dilemme est alors le suivant : quel scénario choisir parmi tous ceux proposés par les élèves? Voici une solution :

Un premier élève lit son scénario. On réfléchit en commun à sa cohérence et sa vraisemblance. Puis chacun vote afin de dire si ce scénario lui plaît ou pas.

Si vous êtes 22 élèves, vous obtiendrez 22 votes (21 élèves + enseignant). Afin qu’il n’y ait aucune influence entre élèves, je conseille que chaque vote se fasse les bras croisés sur la table, tête baissée dans les bras. Pour voter « oui », un élève lève le bras sans lever la tête. Les voix sont comptées par l’enseignant(e) qui ne donnera les résultats qu’à la fin de la séance de votes. Le scénario qui sera gardé sera celui qui aura recueilli le plus de voix. Je résume :

– Un élève lit sa proposition de scénario et on réfléchit à sa cohérence (on va à l’essentiel sans perdre de temps).

– La classe vote tête baissée sur la table. « Oui », on lève le bras. « Non », on ne le lève pas.

– L’enseignant(e) note le nombre de bras levés sur une feuille sans divulguer ce nombre.

– Les élèves relèvent la tête.

– Un nouvel élève lit son scénario et on réfléchit de nouveau.

– La classe vote de nouveau tête baissée sur la table.

Etc… jusqu’au dernier élève.

Chaque élève peut voter autant de fois qu’il le veut. Il suffit que le scénario entendu lui plaise. A la fin, vous découvrirez (avec surprise peut-être) quel scénario a obtenu le plus de bras levés. Attention, bien comprendre qu’on ne vote pas pour un copain ou une copine mais seulement si le scénario a plu. Bien préciser au départ que l’artiste dont vous avez dressé le portrait doit jouer un rôle important dans le scénario (témoin, coupable, complice, suspect…) A la fin, en cas d’égalité entre deux ou plusieurs scénarii arrivés en tête, on effectue un nouveau vote dans les mêmes conditions (tête baissée sur la table), mais cette fois chaque élève vote une seule fois pour son scénario préféré.

J’espère que j’ai été clair. Si vous avez un doute, adressez-moi un message.

Ce que je vous demande de m’envoyer au final, c’est le scénario que vous aurez retenu. Ce sera un texte court. Il faudra le rédiger clairement afin que je puisse le comprendre sans ambigüité.

Voici un exemple avec l’artiste que je me suis attribué (l’homme caoutchouc) :

Le directeur a été tué par l’homme caoutchouc parce que celui-ci prenait des substances dangereuses afin de rester souple. Ces substances avaient des effets secondaires. Le soir du 31 octobre 2016, l’homme caoutchouc devait parler avec le directeur de son problème. Il est allé le voir dans son camping-car, mais pendant la discussion, une crise de folie s’est emparé de l’artiste (effet secondaire du produit). Il a frappé le directeur à la tête avec une statuette et il l’a tué, d’où la goutte de sang sur le sol. Une fois revenu à lui, l’homme caoutchouc a paniqué. Il est allé trouver son ami, le ventriloque, qui venait de finir son numéro pour le spectacle. Le ventriloque détestait le directeur. Tous les deux ont jeté le corps du directeur dans un puits proche du cirque.

Lors des prochaines étapes de l’atelier, vous développerez votre scénario.

L’inspecteur Lagachette et Loupi se lanceront sur les traces du directeur (et de son meurtrier si vous avez choisi de le faire assassiner…).  A vous de jouer maintenant et à bientôt !

Portraits des suspects

Eric Simard attend pour le 27 janvier au plus tard le scénario de votre roman policier. Un texte court par classe, clairement rédigé. Nous  nous réjouissons d’ores et déjà de vous lire.

Avec nos meilleurs voeux pour une belle année 2017.

14 réflexions au sujet de « 2ème étape »

  1. Dresseuse de chien – Nina Bouledogue : 5P de la classe de Mme Carmona à Châtelaine

    Bonjour,
    Voici notre travail d’enquête sur la disparition/mort du directeur. Bonne lecture et à bientôt.

    Enquête sur la disparition/mort du directeur

    FAITS :

    Mobile du crime : Crime passionnel. Mégane Sabot (l’écuyère) était amoureuse du directeur. Mais, étant donné que lui était encore amoureux de la sœur de Sandy Alex, il l’a rejetée. De rage, elle l’a tué.

    Le complice : La dresseuse de serpent (sans le savoir) et le boa constrictor

    Témoins : Sandy Alex (Nina Bouledogue) la dresseuse de chien qui se trouvait là au moment où Mégane Sabot déplaçait le corps pour l’enterrer derrière les cages des chiens.

    DiR-CRQ : Mort, tué par Mégane S. Comment ? Elle a demandé à la charmeuse de serpent de lui prêter son boa constrictor. Elle l’a enroulé autour du cou du directeur et attendu que le boa étouffe le directeur.

    Scénario inventé par les élèves :

    Mégane Sabot a tué le directeur car elle en était très amoureuse et, étant donné qu’il l’a repoussée parce qu’il est encore amoureux de la sœur de Sandy Alex, elle l’a assassiné de rage.

    Pendant la nuit, elle lui a mis un boa autour du cou pour que le serpent fasse son travail. Une fois que le serpent a eu étouffé le directeur, elle a déplacé le corps pour aller l’enterrer derrière les cages des chiens de Sandy Alex pour que celle-ci soit accusée. Sandy qui allait nourrir ses chiens a été témoin de la scène. Sandy a tenté de se cacher mais l’écuyère l’a repérée et attrapée. Mégane a alors menacé Sandy de la tuer si elle révélait ce qu’elle avait vu.

    Le lendemain, le détective Lagachette a dans son collimateur deux suspectes après enquête : La charmeuse de serpent et la dresseuse de chien.

    Est-ce que la dresseuse de chien va garder le secret et se faire accuser à la place de l’écuyère ?

  2. Trapéziste – Julia Yong : 7P de la classe de Mme Eberlin à Fontenais

    La Chichi en feu était en train de faire son meilleur numéro. Sa combinaison enflammée, imbibée d’essence, lui donnait l’air d’une étoile filante. Le stress de ce numéro très dangereux faisait ressortir sa cicatrice. Le public, ébahi, ne pouvait pas remarquer le clown blanc en train de traîner un lourd sac à forme humaine. Le fakir, qui passait par là, demanda ce qu’il y avait dans le sac.
    -C’est un mannequin d’entraînement pour la lanceuse de couteaux. répondit le clown.
    Le fakir poursuivit :
    -Tu n’es pas trop déçu de ta paye ? Je sais que tu n’es pas assez drôle au goût du directeur. Dit le fakir.
    -Le problème est réglé. Rétorqua le clown.
    Le Fakir s’éloigna sans un mot.
    La Chinoise avait bien réussi son numéro de complice…

    • Criminel : le clown blanc

      Mobile du crime : le mauvais salaire du clown blanc, et le fait qu’il ne soit pas drôle.

      La complice : la trapéziste

      Témoin : le fakir

      Directeur : Mort, tué par le clown blanc.

  3. Le Clown Auguste, Classe de Marie-Pierre Currat Bena et Corinne Jeannet-Tschopp

    Le directeur du cirque est gravement blessé le soir du 31 octobre 2016.
    Lame de la mort avait été convoquée dans la caravane du directeur parce que le directeur n’aimait pas son numéro. Le directeur très faché crie si fort que la lanceuse de couteaux prend peur et lui lançe un couteau à la tête. Blessé, il tombe parterre inconscient.
    Costôman est témoin de la scène, il frappe la lanceuse de couteaux puis appelle le clown Auguste à l’aide. Ce dernier étant chirurgien, il soigne le directeur et ils l’emmène …..

  4. Le directeur a été tué par la lanceuse de couteaux. En effet, Monsieur Marquez n’était jamais satisfait de son numéro et lui disait tout le temps qu’elle était nulle. De plus, il payait bien tous les artistes, à l’exception d’elle. Elle a décidé de se venger.

    Ce soir-là, le 31 octobre 2016, la jeune femme n’a pas fait son numéro comme à l’accoutumée, et elle en a profité pour se faufiler dans la caravane du directeur qui faisait les comptes, pendant que les autres artistes se préparaient pour leur représentation.
    Elle l’a assassiné en lui plantant un couteau dans le dos, ce qui explique la tache de sang retrouvée dans son camping-car, puis elle a volé un coffre contenant de l’argent.
    Monsieur Loyal l’a vue regarder dans le puits proche du cirque et prononcer ces paroles : « Je n’ai plus de couteau propre pour mon spectacle ! » Monsieur Loyal a remarqué un petit sourire mortel au coin des lèvres de la jeune femme.
    Il a fait part de son témoignage à l’inspecteur Lagachette.
    Classe de Mme Vigne Collège du Léman

  5. Paul, homme canon – Classe de Mélodie Maire

    Le directeur a été tué par la lanceuse de couteaux parce que, depuis son arrivée au cirque, M. Marquez n’aimait pas trop son numéro et la jeune fille avait peur de perdre son emploi. Ça faisait longtemps qu’elle planifiait le crime. Le soir du 31 octobre 2016, elle a pris un rendez-vous avec le directeur dans son camping-car pour lui parler de certains changements à propos de son numéro de cirque. Pendant la discussion, elle a tout à coup sorti un de ses couteaux et l’a lancé en pleine poitrine du directeur. Après sa mort, la lanceuse de couteaux a paniqué. Effrayée, elle a couru vers la roulotte de son amie la dresseuse de chiens qui détestait aussi M. Marquez parce que sa soeur avait beaucoup souffert pour lui. Toutes les deux ont mis le corps dans un sac noir et l’ont jeté dans la rivière proche du cirque.L’homme canon qui était dans sa roulotte proche de celle du directeur entendit des bruits suspects. Il sortit et vit ses copines en action. Il se cacha sous un arbre et il aperçut dans l’eau le sac noir d’où sortait la tête de M. Marquez.

  6. Voici le scénario des 8A de l’école Moser à Nyon, classe de Pauline Mercier.

    Le directeur a été tué par la Charmeuse de serpents parce qu’elle a compris que le directeur se servait d’elle et de toutes les personnes qu’il a adoptées : la Trapéziste, l’Homme canon et le Ventriloque. Il se débarrasserait d’eux dès qu’ils ne seraient plus en mesure de travailler dans le cirque à cause de leur âge. Tous ces personnages sont complices du meurtre et se sont organisés pour le tuer car ils veulent aussi hériter du Cirque après la mort du directeur.
    Pendant l’entracte, le directeur qui annonce les différents numéros aux spectateurs, se rend dans sa caravane pour se désaltérer. La Charmeuse de serpents vient alors frapper à sa porte car elle veut lui montrer une alternative à son numéro. En réalité, elle vient pour le tuer. Elle sort sa flûte et son serpent, qu’elle avait au préalable placé sous le lit du directeur, sort de sa cachette et mord le directeur au cou. Le directeur est paralysé et meurt quelques instants plus tard. Elle essaie de porter le corps inanimé du directeur mais elle n’y arrive pas et le laisse tomber. La tête du directeur heurte alors le coin de la table de la caravane et l’arcade sourcilière du directeur s’ouvre et saigne. L’Homme canon arrive alors pour l’aider à transporter le corps et il le met dans un abreuvoir dans le pré qui se trouve à côté de l’emplacement du cirque. La Trapéziste avait préparé le bain et y avait mis de l’acide citrique afin de faire disparaître le corps. Après l’entracte, c’est le Ventriloque qui imite la voix du directeur pour annoncer les différents numéros jusqu’à la fin du spectacle.

  7. Lara Fernandez, la lanceuse de couteaux, classe de Inês Dietrich, Vigne-Rouge, Carouge, Genève

    Voici notre scénario:

    Le soir du 31 octobre, il est 20h30. Le directeur se prépare dans son camping-car, il entend la fenêtre grincer. On le prend par le bras, il se retourne et voit le magicien suivi de la charmeuse de serpents. Le magicien fait apparaître une corde et le ligote. Une fois ligoté, un python le mord au bras et celui-ci s’évanouit. A cause de la morsure du python, un tache de sang tombe sur le parquet.
    Le magicien va toquer à la porte de Lara Fernandez pour lui demander de l’aider à transporter le directeur dans un camion. Le clown les suit et voit qu’ils le cachent dans la forêt. Une fois sorti du camion, Lara et le magicien transportent le directeur à moitié endormi vers un gros chêne puis ils l’attachent au tronc.
    Lara a honte de faire ça, le magicien la rassure car le directeur lui a fait subir des heures de travail en plus.
    Isabel, la charmeuse de serpents avait quitté le magicien pour le directeur, c’est pour ça qu’il avait décider de kidnapper M. Marquez.
    Tout d’un coup le directeur se réveille, une branche craque et le clown Auguste tombe de sa cachette.

  8. Michael Jim, magicien – classe d’Eva Simeoni 5-6H de Rue

    Le directeur était somnambule et cela lui arrivait souvent de causer pendant son sommeil. Un soir, la lanceuse de couteau rentrait de sa répétition et entendit du bruit dans la caravane de Monsieur Marquez. Il était encore en train de raconter sa vie en dormant. Cette fois-ci, elle entendit distinctement son nom. Il disait qu’il voulait la licencier et proférait tout un tas d’insultes à son égard. Cette fois s’en était trop. Depuis plusieurs mois, elle subissait les remarques odieuses du directeur. Prise d’une folie meurtrière, elle entra dans la caravane et lui planta un couteau dans la gorge. Ensuite, elle tira le corps par les pieds hors de la caravane et cacha le corps sous celle-ci. Le magicien qui retournait à sa caravane, aperçut Lara Fernandez qui semblait traîner quelque chose de très lourd. Il la trouvait belle, même quand elle faisait des efforts. Il était fou amoureux d’elle depuis longtemps. Michaël comprit ce que Lara trainait après la visite de Lagachette. Trop amoureux, il décida de tout mettre en œuvre pour qu’on ne découvre jamais la coupable.

  9. Costôman – l’homme le plus fort du monde – classe de Monique Gilliéron – 6p Prilly

    Disparition du directeur : fuite
    Mobile : le cirque fait faillite, les artistes ne sont plus payés, le directeur est criblé de dettes.
    Suspects (également témoins) : la lanceuse de couteaux / la charmeuse de serpent / la dresseuse de chien.
    Complice : le clown
    Rôle de Costôman, notre héros : il aide l’inspecteur dans son enquête et sauve le cirque.

    Scénario :
    Les artistes ne sont plus payés depuis plusieurs semaines, ils ne savent pas pourquoi.
    Le cirque fait faillite (il faudrait un nouveau numéro exceptionnel pour attirer le public).
    Le soir du 31 octobre, quatre personnes vont trouver le directeur dans sa caravane pour réclamer leur salaire.
    La discussion se passe mal et « La lame de la mort », très en colère, blesse M. Marquez qui s’écroule.
    Le clown, (ancien chirurgien) se précipite et annonce que le directeur est mort (en se baissant, il perd son nez rouge qui roule sous le canapé).
    Les trois femmes présentes s’enfuient paniquées. Malheureusement pour elles, elles laissent des indices dans la caravane : une marque de couteau dans le mur en bois, quelques poils de chien et une écaille de serpent sur le tapis.
    Mais le clown a menti, le directeur s’est seulement évanoui de peur, il n’a versé qu’une petite goutte de sang. Quand il revient à lui, comme il est criblé de dettes et déprimé, il décide que c’est « la goutte de sang qui fait déborder le vase » !! et il profite de sa fausse mort pour s’enfuir au Vénézuela. (Le clown l’aide, mais nous ne savons pas encore pour quelle raison !)

    Au fur et à mesure que se tissait la trame de notre histoire, de nouvelles idées étaient proposées et nous en avons profité pour esquisser la suite du scénario :

    Victor Lagachette trouvera les quatre indices dans la caravane et il enquêtera sur les suspects.
    Il soupçonnera Costôman et Micheline à cause des poils de chien mais tous les deux ont un alibi et ils aideront l’inspecteur à découvrir ce qui s’est passé le soir d’Halloween.
    Grâce à la vente de son livre de poésie, Costôman pourra rembourser les dettes du cirque et il deviendra le nouveau directeur.
    Victor Lagachette, le bien nommé, est un as du tir. Depuis qu’il est enfant, il rêve en secret de participer à un spectacle. Il prendra une année sabbatique et partira en tournée avec le cirque qui aura ainsi un nouveau et extraordinaire numéro qui attirera les foules.

    Nous envisageons même d’ajouter une petite histoire d’amour : … entre Loupi et Sucette 😉 🙂

    Nous vous souhaitons à tous une très belle fin de semaine.

  10. Bonjour Monsieur Simard, nous sommes la classe 8l-2 de Bulle, en Suisse, et nous avons trouvé quelques réponses à vos questions.

    Qu’est devenu le directeur du cirque ?
    Il s’est suicidé.

    Comment cela s’est-il passé ?
    Il a sauté dans un puits.

    Quel est le mobile ?
    Sa femme le trompait avec son propre frère (celui du directeur).

    Y a-t-il des témoins ? Si oui qui ?
    Oui,
    L’écuyère est témoin parce qu’elle se promenait à cheval dans la forêt mais est arrivée trop tard.

    Quel est le lien avec la tache de sang ?
    Avant de sortir de sa caravane, le directeur s’est disputé avec son frère qui lui a donné un coup de poing dans le nez.

    Quel est le rôle de notre jongleuse Luna ?
    C’est de sa faute s’il s’est suicidé car Luna l’a trompé avec son frère.

    Comment le corps a été retrouvé ?
    Le corps a été découvert lorsque des gens ont décidé de condamner le puits pour construire une maison de bucherons.

    Comment Lagachette a dénoué l’affaire ?
    L’inspecteur promenait Loupi dans la forêt, lorsqu’il vit un groupe de personnes penchées au dessus d’un puits. Il leur demanda ce qu’il se passait et ils s’écartèrent pour le laisser voir. Lorsqu’il reconnut la personne morte, qui n’était autre que le directeur du cirque, il interrogea les personnes qui étaient attroupées autour du puits et leur demanda ce qu’ils avaient vu. Ils nièrent tous le fait d’avoir vu quelque chose de suspect mais l’un d’eux eut l’idée d’aller voir les caméras de surveillance du chantier. Ils contrôlèrent les caméras et virent que c’était un suicide. L’inspecteur demanda donc au contrôleur pourquoi il n’a rien dit : il répondit qu’il s’était endormi mais en repassant un extrait du suicide ils virent, en lisant sur les lèvres du directeur, qu’il disait : « Elle n’aurait pas dû me tromper ! Je l’aimais, moi ! Adieu, la vie ! »
    C’est là que Lagachette comprit tout.
    On espère que nos idées vous plairont… 

    En attendant votre prochain mail,
    La classe 8L-2

  11. Signorino Angelino, fakir – Classe de Serge Bénet

    Le directeur a disparu à cause de l’écuyère et de son complice le fakir…
    Pour mieux comprendre, il faut remonter au soir du 31 octobre 2015, le soir où la mère de l’écuyère a été assassinée par le directeur du cirque. Personne ne l’a jamais su, si ce n’est le fakir qui fût témoin de la scène et qui n’en a jamais parlé à personne.
    Exactement une année plus tard, le 31 octobre 2016, la jeune écuyère, inconsolable, se recueille sur la tombe de sa pauvre maman pour honorer ce triste anniversaire. Le fakir s’approche d’elle et, n’en pouvant plus de garder pour lui ce lourd secret, décide de tout lui raconter…
    Elle sait maintenant que l’assassin de sa mère est le directeur…
    Non loin de là, dans son camping-car, le directeur prépare les décorations d’Halloween. En taillant dans une citrouille avec son couteau de cuisine, il se coupe méchamment le doigt. Le sang coule à flot. Il nettoie la grosse tache mais une goutte demeure visible sur le sol…
    A la tombée de la nuit, l’écuyère et le fakir, déguisés en sorcière et en vampire pour effrayer les enfants du cirque croisent le directeur qui revient du village, les poches remplies de bonbons…
    C’est alors que l’écuyère et son complice se précipitèrent sur leur patron. Ils le ligotèrent, l’enfermèrent à l’intérieur d’un sac, le transportèrent et posèrent le fardeau sur les rails du train…

  12. Megan Sabot, l’écuyère

    Pas évident cette fois-ce de mettre tout le monde d’accord… mais voici ce qu’ils ont finalement décidé :

    – Le directeur est mort, tué par le clown Auguste, par un donuts empoisonné. Le clown a payé le marchand de donuts pour qu’il fabrique des pâtisseries empoisonnées.
    Megan Sabot quant à elle, ignore ceci. Elle achète des donuts car elle veut à nouveau déclarer sa flamme au directeur en lui apportant sa pâtisserie préférée. Elle ne se doute en aucun cas du complot. Mais bien sûr, elle sera la suspecte principale quand la police découvrira que le directeur s’est cogné la tête en tombant suite à un empoisonnement alimentaire.
    Si August a agi de la sorte, c’est qu’il est amoureux de Megan mais que celle-ci l’a repoussé et l’a même humilié devant tous les artistes du cirque.
    Finalement le témoin sera le vendeur de donuts…

    Voilà, on se réjouit de la prochaine étape!
    Meilleures salutations
    classe de 8FR521, à Cressier, Neuchâtel.
    Classe de Nathalie Cousin

  13. Classe de Monsieur ELMER – Choulex 7P- 8P

    Meurtriers : Auguste le Clown

    Complices : Nina Bouledogue et Aspivenine

    Mobiles :

    Auguste : Le directeur l’a menacé plusieurs fois de le remplacer voir même de le renvoyer car il ne le trouvait plus drôle.

    Nina Bouledogue : Elle en veut au directeur parce qu’il avait rompu avec sa sœur.

    Aspivenine : Elle n’était pas assez payée et elle était jalouse de ses « frères et sœurs » adoptés par le directeur.

    Témoin : Le fakir. Il a vu le clown sortir discrètement de la roulotte de la lanceuse de couteaux.

    Déroulement : Au matin du 31 octobre le clown alla voir Nina et Aspivenine pour leur parler de son projet de tuer le directeur. Le soir de la représentation, Nina fit durer son numéro plus longtemps que d’habitude. Au moment où les chiens devaient faire une pyramide, elle leur fit un signe et ceux-ci s’échappèrent dans le public. Pendant ce temps, Auguste vola un couteau dans la roulotte de la lanceuse de couteau. Il assassina le directeur d’un coup de poignard dans le cœur. Il transmit le couteau à Aspivenine qui retourna le ranger dans la roulotte de la lanceuse. Puis, Auguste retourna dans le chapiteau par l’entrée du public et ramena les chiens à Nina. Tout le public trouva ce numéro fabuleux. À la fin de la représentation, ils attendirent que tout le monde soit endormis pour déplacer le corps. Aspivenine fit le guet et les deux autres cachèrent le cadavre sous une botte de foin. Le lendemain lorsque l’inspecteur arriva, Aspivenine devait le séduire pour le guider sur une fausse piste.

Laisser un commentaire