5ème étape

Chers enfants, chères institutrices, chers instituteurs,
Vous avez achevé votre quatrième mission avec brio. Je viens de vous écrire pour vous livrer mes commentaires sur vos textes et vous verrez que je suis très content de votre évolution.
Votre imagination fertile a conduit certaines classes à imaginer des développements dans des directions qui sortent un peu de notre projet de roman préhistorique pour s’ouvrir à de nouveaux territoires de l’imaginaire, comme le fantasy ou le fantastique. D’autres ont eu quelques idées lumineuses sur la chute de notre histoire que vous allez m’aider à trouver dans cette 5e mission.

Tous vos textes démontrent les grands progrès que vous avez accomplis et je suis admiratif de votre travail.

En avant pour cette dernière mission !

Pour le texte de ce 4ème chapitre, j’ai de nouveau dû faire certains choix parmi toutes vos idées. J’ai aussi repris presque telles quelles certaines de vos phrases tant elles étaient pertinentes et sonnaient bien (à vous de les trouver ☺) et je me suis bien inspiré de plusieurs de vos solutions narratives en les mixant à ma manière.

Le texte de ce 4ème chapitre est plutôt court, et les contraintes que vous connaissez maintenant de l’écriture d’une nouvelle me poussent à vous demander de faire court pour votre 5e et dernier envoi.

Dans cette cinquième mission, vous allez répondre à six questions qui vous serviront de guide:

  • Qu’ont donc senti Flocon et les loups ?
  • Que va-t-il se passer ?
  • Les Touna et leurs nouvelles amies vont-ils s’en sortir ?
  • Que va-t-il se passer entre Flocon et les loups ?
  • Quelle solution les femmes Sapiens offriront-elles aux Touna ?
  • Ours-Rusé est-il de nouveau amoureux ? Comment cela se manifeste-t-il ?

A vos ruses… d’ours !

Bien à vous

Olivier

Vous voici arrivés à l’étape cruciale : la fin de l’histoire. Olivier May vous a proposé de réfléchir à 6 questions qui vont vous permettre de conclure cette nouvelle : Le retour de Grand-Loup-Blanc. Nous nous réjouissons de vous lire et d’en découvrir le dénouement d’ici au 8 juin.

Outre cette conclusion, vous pouvez laisser un message sur votre vécu durant ces cinq étapes de l’atelier d’écriture. Nous aurions également plaisir à le lire.

10 réflexions au sujet de « 5ème étape »

  1. Classe de 5FR31, Le Corbusier, Le Locle

    Pris de panique, les deux clans sortirent immédiatement de la grotte…
    Qu’était-il en train de se passer ??
    – Regardez ! Là-haut ! La montagne s’écroule ! dit Cerise.
    – Filez tous en direction des loups, eux qui ont senti le danger sauront nous guider vers un endroit plus sûr, dit Petit-Renard.
    Les femmes Sapiens ne voulaient pas bouger, pétrifiées de terreur face à cette meute de loups hurlants.
    Ours Rusé s’approcha de l’une des femmes et lui expliqua avec calme et douceur le danger et le fait que les loups les avaient averties. Le pacte de protection fait en échange d’un peu de nourriture semblait continuer de fonctionner… Il fallait donc faire confiance aux loups et réussir à les suivre.
    Flocon sembla comprendre la peur de ces femmes et se dirigea vers le clan des Tounas en gémissant… Chaque membre compris ce qu’il avait comme intention et lui fit des câlins. Flocon courut ensuite vers la meute de loups et leur fit la fête.
    Les femmes réussirent à surmonter leur panique et se mirent à marcher en direction des loups. Ceux-ci entraînèrent tous les humains en direction de la plaine. Ils franchirent la rivière et arrêtèrent leur course dans une prairie. Le danger était écarté.
    Peu à peu, le calme revint et chacun repris son souffle. Ours Rusé se dirigea vers l’une des femmes et la serra dans ses bras, puis il dit à Petit Renard de s’approcher d’eux.
    – Je te présente Fleur-Sucrée, c’est elle qui m’a soigné et sauvé. Elle saura s’occuper de toi comme l’aurait fait ta maman.
    Œil-de-Lynx rassembla alors les clans et demanda à Ours Rusé de traduire ses paroles :
    – Nous allons devoir trouver un nouveau lieu de vie, plus sécurisé.
    L’une des femmes pris la parole et Ours Rusé traduisit au fur et à mesure :
    – Nous pourrions nous installer ici dans la plaine et construire des huttes. Leur clan savait le faire et nous elles peuvent nous enseigner leur technique.
    Œil-de-Lynx approuva et tout le clan s’organisa dans ce nouveau lieu de vie.
    Les loups se retirèrent dans la forêt. Flocon leur rendait souvent visite et peu à peu revint de moins en moins auprès des Tounas, il avait lui aussi retrouvé les siens.
    Ce fut difficile pour Plume-Noire et Petit Renard, mais ils comprirent que leur ami était plus heureux avec ses congénères.

  2. Classe de 8H de Monthey, Jessica Thomas

    – Mais qu’est-ce qu’il y a ? demanda Petit Renard à Flocon.
    Le loup lui fit signe de sortir immédiatement en pointant son museau en direction de la sortie. Dès que tout le monde fut dehors, ils entendirent un grognement venir du fond de la grotte.
    Œil de Lynx reconnut immédiatement ce cri familier et cria : ‘’Attention, un ours ! ‘’. Les hurlements suivirent. Cette phrase n’avait plus été utilisée depuis la dernière bagarre durant laquelle l’un des Tounas avait perdu la vie. Les hommes étaient inquiets car les ours ne s’aventuraient jamais proches des hommes. Quelque chose avait dû lui faire peur. L’instinct des animaux ne se trompe jamais, quelque chose allait se passer. Ils en étaient surs. Le chef de la tribu ordonna à Flocon d’accompagner les femmes et les enfants loin de ce lieu et de veiller sur eux pendant que les chasseurs se chargeraient de l’animal.

    Lorsque l’ours fut tué, tout le monde revint à la grotte afin de le dépecer et en faire un vrai festin. Soulagées d’avoir pu trouver en la tribu une aide contre les bêtes féroces, les femmes de Cro-Magnon décidèrent de leur montrer leur technique pour réaliser de nouveaux vêtements avec la peau de l’animal. Leurs connaissances dépassaient celles des Tounas.

    Ce soir-là, la tribu réunifiée échangea ses légendes. Ours rusé se chargeait de traduire les propos des uns et des autres. Petit Renard et Plume Noire racontaient la rencontre avec leur petit protégé et profitèrent pour parler également de la légende du Grand-Loup- Blanc.
    A la fin de leur récit, ils s’inquiétèrent pour leur ami, car il avait été bien agité durant le récit : des petits couinements, il tournait en rond, léchait la main de Plume Noire …
    – Que se passe-t-il ? lui demanda tendrement la fille.

    C’est alors que Cœur de Bison s’approcha d’elle et lui mit la main sur l’épaule : « il est temps qu’il parte, il est adulte désormais et a besoin de retrouver les siens mes enfants ». Les larmes coulaient sur leurs joues : ils n’étaient pas prêts à lui dire au revoir.

    La nouvelle tribu continuait ses activités et chacun trouvait peu à peu ses marques. Petit Renard était heureux d’avoir retrouvé son papa et avait bien remarqué qu’il s’était attaché à une femme de l’autre tribu qui s’appelait Flèche Rouge. La nouvelle famille passait beaucoup de temps ensemble afin de rattraper le temps perdu. Plume Noire, elle, était bien triste, car elle voyait Flocon de plus en plus mal, mais elle ne pouvait pas se résoudre à le laisser partir. Son cœur se serrait chaque fois qu’elle y pensait.
    Lorsque celui-ci revint bredouille de la chasse, Œil de Lynx s’inquiéta et décida de raisonner sa fille :
    – Flocon a besoin de partir.
    – Mais papa, je l’ai recueilli, il a grandi avec nous, que va-t-il faire sans nous …. Pleurait l’enfant.
    – C’est un animal sauvage, son instinct prend le dessus. Il a besoin de courir dans les plaines. Il doit maintenant s’accoupler avec une louve. Est-ce que tu t’inquiètes plus pour lui ou est-ce toi qui ne te sens pas prête à le laisser partir ?
    Ces mots résonnèrent dans le cœur de Plume Noire, qui chuchota, mais je l’aime tellement…

    Le lendemain matin, tous étaient réunis pour faire les au-revoir à leur ami à quatre pattes. Des larmes coulaient sur les joues de chaque membre de la tribu.
    Avec un dernier regard et sous le hurlement, Flocon prit son élan et parti en direction des grandes plaines. Jamais il n’oubliera ce que cette tribu d’homme a fait pour lui.

    Plume Noire était inconsolable, tous les soirs, elle se rendit à l’endroit où ils avaient sauvé Flocon des vilaines hyènes. Caché, Flocon était au rendez-vous chaque soir, mais ne se montrait pas. Elle repensait à leur dernier regard échangé : il lui manquait.

    Au bout de nombreuses lunes, Cœur de Bison vint lui tenir compagnie :
    – Je vois bien que depuis que le loup est parti tu es triste Plume Noire. Peut-être que les liens que vous avez tissés sont forts et que seuls les esprits peuvent le comprendre. Peut-être que tu dois le retrouver….
    – Mais c’est un loup et moi, une femme. Jamais nous ne pourrons vivre ensemble. Et si j’étais maudite comme …

    A ses paroles, elle se tut. Le grand sage lui sourit tendrement et la prit dans ses bras. Il lui promit de prendre soin de sa famille et d’expliquer à ses parents la raison de son départ.

    Sans un mot, Plume Noire parti rejoindre Flocon. Tout comme son ancêtre, le Grand-Loup-Blanc, elle allait, à son tour rejoindre et appartenir à la meute des névés…

  3. Voilà notre cinquième et dernier chapitre. La classe 6FR31 du Locle.

    Une meute de loups était effectivement devant la grotte. Les loups étaient agités. Flocon sortit et se mélangea à eux naturellement. Les hommes s’approchèrent, d’abord méfiants, puis ils aperçurent au loin une horde de tigres aux dents de sabre qui arrivait droit sur eux, l’air menaçant. Ils comprirent que Plume-Noire avait tout compris.
    Les tigres semblaient agités et affamés. Ils se dirigeaient droit sur le campement des hommes. Flocon et les loups, sentant le danger, se mirent à hurler à l’unisson, comme pour intimider leur adversaire. Pour les protéger, les loups se placèrent telle une meute unie et forte devant les hommes armés.

    – Pit kalam toutan foran mata, Ours-Rusé ! dit Myrtille, une des femmes sapiens.
    – Qu’a-t-elle dit ? demanda Petit-Renard.
    – Elle dit qu’elle a peur et se demande ce que nous allons faire, répondit Ours-Rusé à son fils.
    Petit-Renard aperçut un geste et un regard tendre et protecteur de la part de son père à Myrtille. Cela le fit sourire… Mais bien vite, Petit-Renard se retourna et vit cette horde de tigre menaçante.

    Sans crier gare, le chef de la meute des tigres parvint à passer la barrière des loups et s’attaqua à Ours-Rusé qui tomba en se tenant la cuisse. Petit-Renard hurla et prit sa sagaie. Plume-Noire et Myrtille armèrent leur lance et tous les trois tuèrent le tigre.
    Les loups retroussant leurs babines, se montrèrent agressifs et intimidants envers les tigres. Le reste de la meute, déstabilisé par la perte du chef battit en retrait et s’en alla. Les loups se retournèrent face aux hommes et se couchèrent tranquillement.

    – Papa, Papa ! Comment vas-tu ? Es-tu blessé ?
    Myrtille s’agenouilla aussitôt et nettoya la plaie qu’avait laissée les crocs du tigre dans la cuisse d’Ours-Rusé.
    – Ce n’est rien mon fils, ne t’inquiète pas. Myrtille s’occupe de moi, j’en ai vu d’autres…

    Une fois leurs esprits retrouvés et en remerciement pour les loups, les Touna dépecèrent le tigre et le donna à manger aux loups.
    Avec sa fourrure, les femmes sapiens confectionnèrent un habit identique à Petit-Renard et son père.
    Plume-Noire se fit longuement remercier et tout le monde reconnut son don. Elle serait sans aucun doute la future femme-sage du clan.
    Les femmes sapiens comprirent enfin le lien qui unissait leur nouveau clan aux loups.

    Dès lors, les loups et les Touna ne formèrent qu’un seul et même clan. Les uns prenant soin des autres.

  4. Dernière mission (SNIFF,SNIFF) de la 7 FR 252 de la Chaux-de-Fonds
    Chaque élève a proposé son texte et nous avons choisi celui de Louane.Le voici avec des minuscules changements:

    Les Touna et les six femmes se précipitèrent derrière Flocon hors de la grotte.Ours Rusé sembla paniqué.
    -Où est Fleur-Rose?dit-il
    Les Touna semblaient ne pas comprendre de qui il s’agissait mais les femmes comprirent en entendant ce prénom et se regardèrent inquiètes en la cherchant des yeux.
    -Les femmes étaient 6 et maintenant il n’y en a plus que 5.La plus grande est encore dans la grotte,expliqua Petit-Renard,en montrant l’entrée de la grotte.
    .Tout à coup ,il y eut un grand bruit.Une énorme pierre tomba et bloqua l’entrée.Les hurlements reprirent de plus belle.Flocon hurla et décampa faisant comprendre qu’il fallait l’imiter.Plume-Noire le suivit.Petit-Renard rejoignit son père qui semblait ne pas pouvoir bouger.
    -Papa,elle est sûrement en sécurité là où elle est,Flocon ne serait pas parti si elle avait été en danger.De toute manière c’est un tremblement de terre ,il faut qu’on s’éloigne.
    -Tu as raison ,mon fils,suivons Flocon,dit-il à toute la tribu
    * * * * * * * * * * *
    Flocon ne s’arrêta que lorsqu’il eut amené toute la tribu au milieu d’une prairie.Soudain,il poussa un hurlement et la foudre s’abattit sur un arbre.Les 5 femmes se couchèrent en parlant dans leur langue.Ours Rusé traduisit:
    -Elles disent qu’il faut tous se coucher quand il y a de l’orage.
    Les Tounas imitèrent les femmes juste à temps.A la fois apeurés et émerveillés, ils voyaient le ciel devenu noir s’illuminer d’éclairs terrifiants.
    De l’autre côté de la prairie les loups arrivèrent.Heureux de voir ses congénères, Flocon sauta de joie.Les loups couraient autour des hommes comme pour les rassembler.Mais Ours-Rusé se leva.
    -Où vas-tu père?l’interrogea Petit Renard
    -Je vais sauver Fleur-Rose!répondit Ours-Rusé
    -Pourquoi tu tiens tant à la sauver?demande son fils.
    -Elle m’a sauvé la vie, je lui dois bien ça.
    Petit-Renard décida de suivre son père,Plume-Noire lui emboîta le pas.Les 5 femmes les accompagnèrent.
    * * * * * * * * * * * * * * * *
    Arrivées devant la grotte, les 5 femmes découpèrent des lianes alors qu’Ours-Rusé essayait en vain de faire bouger l’énorme bloc qui en obstruait l’entrée.
    Elles lui demandèrent de se déplacer.Elles firent habilement passer la corde fabriquée en un tour de main autour du bloc.Elles tirèrent sur le noeud coulant qui coulissa autour du bloc et réussirent avec la force de tous les présents à libérer l’entrée.
    Dès qu’elle fut sortie,Fleur-Rose sauta dans les bras d’Ours rusé.Petit-Renard et Plume-Noir se firent un coup d’œil qui voulait dire « ils sont amoureux ».
    * * * * * * * * * * * * * * * * * *
    De retour dans la prairie,Flocon et les loups firent mieux connaissance.Les Touna acceptèrent leur présence près de la grotte
    * * * * * * * * * * * * * *
    Un an plus tard,Petit-Renard a une petite soeur :Fleur-Rusée et Flocon regarde fièrement ses petits nés le même jour qu’elle.

  5. Bonjour! La classe de 6H de Charmey vous souhaite une bonne lecture pour ce dernier chapitre! Nous nous sommes beaucoup investis dans ce projet et nous sommes assez fiers de ce que nous vous avons proposé!
    Même s’il est frustrant de ne pas avoir ses idées choisies, nous comprenons vos choix et nous avons bien apprécié vos commentaires positifs. Merci!
    PS: à quelle période est-ce que le livre va paraître?

    Plume-Noire s’exclama :
    – Attention !!! Des rochers tombent !
    Ours-Rusé alla regarder à l’extérieur de la grotte. Le ciel s’était assombri et les nuages étaient devenus noirs.
    – Oh non, l’esprit du ciel s’énerve ! Cria Cœur-de-Bison.
    Dans la grotte, tout le monde était en panique. La chef des femmes Sapiens, nommée Narmara, donna l’ordre de sortir.
    – Gog tu buk !
    Les Touna n’eurent pas besoin de traduction pour comprendre qu’il fallait vite sortir. Une fois dehors, tout le monde s’aperçut de l’immense tempête menaçante. Le vent était si fort que des pierres tombaient et faillirent s’écraser sur leur tête. L’orage grondait.
    – Sum kabum ! Dit Narmara.
    – Radam greuleu kada kimta ! Non, ne fait pas ça, c’est trop dangereux ! Répondit Ours-Rusé.
    – Qu’y a-t-il papa ? Demanda Petit-Renard.
    – Elle veut retourner à l’intérieur chercher le masque sacré de leur tribu ! Expliqua son papa.
    Flocon voulut sauver Narmara et entra avec elle dans la grotte pour la faire ressortir.
    Au même moment…BOUM ! Un immense rocher haut comme un mammouth tomba devant la grotte et bloqua l’entrée. Narmara et Flocon étaient coincés à l’intérieur !
    – Oh non, ma marguerite !
    – Oh non Flocon ! Crièrent Petit-Renard et Plume-Noire.
    Tous les hommes forts de la tribu s’unirent pour essayer de pousser le rocher, mais en vain ; il était trop lourd. C’est alors que les femmes Sapiens apportèrent des outils pointus pour tenter de créer une ouverture dans la roche.
    – C’est bon, on peut passer par le trou ! Dit Plume-Noire.
    Une fois à l’intérieur, Les deux cousins trouvèrent Narmara blessée au pied par un caillou. Flocon lui léchait la plaie. Les enfants réussirent à lever Narmara et l’aidèrent à passer par le trou. Sitôt sortis, Ours-Rusé courut vers la femme et l’embrassa.
    – Mais papa, qu’est-ce que tu fais ? Demanda Petit-Renard.
    – A ton avis ? Ria Plume-Noire !
    Plus tard dans la soirée, tous partageaient un bon repas autour d’un feu. Les deux clans avaient réussi à déboucher l’entrée de la grotte, et avaient déjà aménagé l’abri afin que tout le monde y trouve sa place. Petit-Renard était heureux d’avoir retrouvé son père, et l’idée d’avoir une nouvelle maman lui plaisait. Plume-Noire était aussi contente de ces retrouvailles. De son côté, elle se réjouissait également du fait que Flocon ait trouvé sa place parmi les loups et qu’ils soient tous restés auprès des hommes. Depuis cet événement, loups, femmes Sapiens et Touna resteraient unis.

  6. Tous les habitants de la grotte écoutèrent les instructions de Cœur de Bison et sortirent rapidement, très apeurés.
    Soudain, la terre se mit à trembler sous leurs pieds.
    – Eloignez vous de l’entrée de la grotte et dirigez vous vers la grande toundra dépeuplée d’arbres, leur ordonna Ours Rusé.

    Une deuxième puis une troisième secousse beaucoup plus violente sema la panique dans la tribu. Un pan de la grotte s’effondra, de gros rochers dévalèrent la pente et des grands arbres robustes cassèrent. Malheureusement, plusieurs Tounas trouvèrent la mort écrasés par un arbre ou un rocher. Certains criaient, hurlaient, car ils avaient un membre broyé, des saignements graves ou des fractures douloureuses.
    Les Tounas rescapés s’occupaient des blessés et des enfants terrifiés qui se retrouvaient seuls sans leurs parents. Le soir, tous les survivants se regroupaient à l’orée de la toundra autour d’un feu. Ils grillèrent du gibier tué par des chutes de pierres.
    Les Tounas attristés pleuraient et n’arrivaient pas à oublier leurs proches disparus. Ils avaient encore peur d’autres tremblements et ils pensaient à tout ce qu’ils avaient perdu : leurs outils, leur réserve de nourriture.
    Plume Noire était très en souci, car Flocon avait disparu. Elle interrogea Petit Renard : « Je n’ai plus vu Flocon de toute la journée. L’as-tu aperçu ? »
    -Non, je l’ai cherché partout, je l’ai appelé, mais toujours rien, aucune réponse.
    Les femmes Sapiens encore vivantes se réunissèrent et parlèrent dans leur langage durant un long moment. Puis elles proposèrent à Ours Rusé de partir en direction du soleil couchant où la nourriture était plus abondante et le climat plus chaud.
    Le lendemain Œil de Lynx rassembla toute la tribu et ordonna de se préparer pour une grande marche de plusieurs lunes.
    Plume Noire et Petit Renard étaient tristes car Flocon n’était toujours pas revenu.
    Ils marchèrent durant de longues journées à travers la toundra, cherchant difficilement de la nourriture. Lorsqu’un matin, à leur grande surprise, ils furent réveillés par des hurlements qui s’approchaient de plus en plus. Soudain, Flocon apparut en courant à travers tout le campement.
    Les enfants sautèrent de joie en le voyant. Ils le serrèrent très très fort dans leurs bras, tellement émus de le revoir.
    Ours Rusé, en voyant les enfants si heureux voulut partager aussi sa joie et déclara :
    « Je suis amoureux de Châtaigne Pâle, la cheffe des Sapiens et j’ai décidé qu’elle sera ma femme »

    6H Fully Christine Bruchez

  7. Bonjour, voilà notre cinquième et dernière mission. La classe 5P/41 de Corcelles-près-Payerne

    – Sortez tous de la grotte ! cria Cœur-de-Bison.
    Pris de panique, les Touna et les femmes Sapiens sortirent de la grotte.
    Un fois dehors, ils sentirent une secousse frapper le sol. Cette forte vibration fit trembler la terre. Des arbres commencèrent à chuter, des morceaux de roches à se détacher et la grotte à vibrer.
    – Attention ! La grotte va s’effondrer ! cria Plume-Noire.
    – Suivons les loups pour nous mettre en sécurité ! continua Petit-Renard.
    Ours-Rusé et Cœur-de-Bison firent signe à leur clan respectif de suivre les enfants et les loups. Mais les femmes restèrent immobiles.
    – Il n’est pas question de suivre ces affreux loups ! s’exclama une femme.
    Ours-Rusé était pris entre deux feux : devait-il partir avec elles ou suivre son ancien clan et son fils ? Sa réflexion fût coupée par une nouvelle secousse. Après deux minutes de course chacun de leur côté, les Touna et le clan des femmes entendirent un gros vacarme. Ils se retournèrent inquiets et surpris. La grotte s’était effondrée d’un seul coup.
    Après plusieurs minutes sans bouger, les femmes Sapiens décidèrent de rejoindre les Touna près de la rivière.
    La cheffe du clan déclara dans sa langue :
    – Regardez la grotte ! Personne n’aurait pu s’en sortir vivant. Restons ensemble pour être plus fort. La Terre nous a déjà pris assez d’hommes.
    *
    Flocon, confiant, suivit la meute de loups comme s’il avait toujours vécu avec eux. Flocon savait que pour s’en sortir, il fallait s’entraider et rassembler toutes les forces. Hommes et loups étaient maintenant à la recherche d’un abri pour survivre au déluge qui s’abattait sur eux. Lorsqu’ils passèrent près de la forêt qui longeait le cours d’eau, une branche se détacha d’un arbre et tomba sur Fleur, la cheffe des femmes Sapiens. Personne ne remarqua l’incident sauf Ours-Rusé. Il s’arrêta net et cria de toutes ses forces :
    – Au secours ! Arrêtez-vous !
    Mais personne n’entendit ses appels.
    – Ne t’inquiète pas Fleur ! Je vais te sortir de là ! réconforta Ours-Rusé.
    Il ne pouvait pas abandonner la femme qu’il aimait en secret depuis qu’elle lui avait sauvé la vie. Ours-Rusé sentit qu’il pouvait enfin la remercier à son tour. Il mit donc toutes ses forces pour retirer l’énorme branche qui empêchait Fleur de se mouvoir.
    Après plusieurs essais, il réussit enfin à la sortir du piège qui aurait pu causer sa mort.
    – Viens sur mon dos! Je vais te porter. proposa Ours-Rusé.
    Fleur le prit immédiatement dans ses bras pour le remercier et se laissa ensuite porter.
    Assez rapidement, ils retrouvèrent la trace de leurs camarades de voyage qui s’étaient réfugiés dans la grotte située sous la cascade.

    Après quelques jours d’inquiétude, la Terre était redevenue calme et paisible et les loups se retirèrent dans la forêt.
    Fleur prit la parole et Ours-Rusé traduisit son discours :
    – Nous pourrions nous installer dans la plaine au-dessus de la cascade et construire des maisons pour abriter tout le monde. Nous pourrions vous apprendre notre langue et d’autres astuces pour améliorer vos outils, vos remèdes et vos vêtements. Et vous, vous pourriez nous apporter votre force pour la chasse et la construction des maisons.

    Œil-de-Lynx approuva cette idée. Tous étaient ravis de cette décision car elle permettra au nouveau groupe de s’organiser pour mieux survire.
    Grâce à l’aide des loups, Flocon fût accepté de tous et pu rester avec les hommes. Très souvent, il partait retrouver les siens dans la forêt. Plume-Noire et Petit Renard étaient heureux pour leur ami loup car il avait enfin retrouvé ses semblables.

  8. Cher. Monsieur May,
    Impossible pour nous en cette fin d’année très chargée de tenir ce dernier délai et nous en sommes bien désolés.
    Nous avons énormément appris grâce à vous et vous remercions pour vos retours constructifs et positifs.
    Nous avons vécu notre année au rythme des aventures de Plume-Noire, Petit-Renard et Flocon, et nous attendons avec impatience la parution de votre nouvelle !
    Nous vous souhaitons encore beaucoup d’inspiration afin de continuer à nous faire voyager et rêver!

    Les CM1 du Collège du Léman

  9. Bonjour,
    Nous sommes désolés du retard. Vendredi, beaucoup de choses ont fait que le délai était impossible à tenir… fin d’année scolaire, on sait ce que c’est..
    Voici donc notre 5è mission! Nous avons eu énormément de plaisir à « écrire » ce roman avec vous! Nous avons beaucoup appris et sommes fiers de nous! MERCI A VOUS
    La classe de 8FR521 de Cressier, Neuchâtel, Suisse

    À ce moment-là, Ours-Rusé entendit de grandes fissures craquer dans la grotte .Ce fut la panique, ils coururent tous vers la sortie mais déjà des morceaux de la grotte tombèrent.
    – Sortez de la grotte vite, aktum rattaturus miriba !!!! hurla Ours-Rusé.
    Heureusement, tous réussirent à sortir à temps.
    Flocon se calma enfin car les Touna et leurs amies étaient sains et saufs.
    La meute de loups blancs les rejoignit et les Sapiens hurlèrent :
    – Auktum ma pitta rittu !!!
    -Mippita cassuka, dit Ours-Rusé.
    C’est alors qu’une grosse voix leur dit:
    -Je suis l’homme qui a découvert cette grotte et je n’accepte plus qu’un humain essaye de me la voler.
    Les Tounas furent pétrifiés par la peur.
    -Normalement je voulais tous vous tuer, mais les loups ont tout saboté en vous disant de sortir. Alors je me suis dit que le prochain humain qui entrera dans ma grotte, verra ses dernières minutes de vie.. si toutefois je peux reconstruire ma grotte.
    Tous restèrent pétrifiés de peur.
    Et sur cette menace, l’esprit retourna au fond de sa grotte en poussant un cri strident .
    Flocon se retourna et courut dans les bras de Plume-Noir et de Petit-Renard. Il était temps de se dire aurevoir.
    -Tu nous manqueras énormément et tu resteras toujours dans nos cœur dirent les enfants en pleurant.
    Flocon rejoignit la meute surnommée  » les dents aiguisées » qui l’accepta sans rechigner et les loups repartirent avec Flocon dans les bois sombres de la Toundra
    Petit-Renard et Plume-Noir eurent le cœur brisé en mille morceaux et les larmes aux yeux mais ils avaient le sentiment que Flocon avait rempli sa mission.
    -Aktum pituymitutum pizkum, proposèrent les femmes.
    Ours-Rusé traduisit ce que les femmes avaient dit. Elles proposaient aux Touna de rejoindre tous ensemble l’ancienne grotte des Sapiens pour former une nouvelle tribu.
    Enfin arrivés à la grotte, Ours-Rusé prit la parole
    -Comment pourrait-on renommer notre tribu?
    -Mittum kita kola pola?
    Plume-Rose proposa:
    -Toupien.
    Le nouveau clan acquiesça, chacun dans sa langue.

    – Fiston, j’ai une très grande nouvelle à t’annoncer : je suis tombé amoureux de Plume Rose. J’ai eu mon premier coup de foudre.
    – Mais pourquoi tu l’aimes ? dit Plume noir.
    – Parce que je la trouve belle et on est bien ensemble. Elle s’occupe de moi et je me sens moins seul et elle est d’accord de s’occuper de toi aussi.
    – Je suis content pour toi papa que tu aies retrouvé l’amour.
    – J’avais peur que tu sois fâché que je sois avec quelqu’un d’autre que maman mais apparemment, tu es content pour moi, s’exprima Ours-Rusé
    Les printemps et les automnes passèrent et les Toupiens entendirent toujours Flocon hurler les soirs de clair de lune, comme s’il leur faisait un signe.

  10. Désolée du retard … Fin d’année chargée par les révisions et les épreuves cantonales. Vérossaz 7-8H

    – Nous les femmes Sapiens, nous apprendrons demain aux Touna à parler notre langue pour qu’ils puissent parler avec nous. Traduisit Ours-Rusé.
    – Nous sommes d’accord pour que vous nous appreniez à parler votre langue. Répondirent les Touna.
    – Achum Allaman bidam boudirt. Traduisit à nouveau le chef de la tribu.
    Plus tard dans la nuit, Ours-Rusé alla parler à Cœur-de-Bison et lui expliqua qu’il était tombé amoureux de la cheffe du clan des femmes Sapiens. Il s’agissait de la femme qu’il avait aperçue lorsqu’il s’était réveillé. Mais Petit-Renard les surprit et se posa des questions : N’aime-t-il donc plus Petite-Hermine, sa maman ?
    Le lendemain, après être tous sortis de la grotte, Plume-Noire s’aventura dans cette dernière afin de voir ce qu’il se passait. En s’avançant, elle vit la pénombre ….
    – Grand-Loup-Blanc! S’exclama la jeune fille.
    Peu à peu les Touna et les femmes prirent confiance et entrèrent dans la grotte.
    – Que fais-tu ici, en plus avec une pierre dans la main ? S’extasia Petit-Renard.
    – Je suis arrivé hier pour me réchauffer, je pensais que cela vous ferait plaisir de me revoir. Mais quand les femmes sont arrivées, j’ai pris peur et je me suis caché au fond de la grotte. Expliqua Grand-Loup-Blanc.
    – Flocon aide-nous à chercher de la nourriture. Dirent Plume-Noire et son cousin.
    Flocon aboya pour dire qu’il était d’accord et partirent chasser du gibier pour manger et coudre des vêtements. Les femmes demandèrent si elles pouvaient les aider. Ils se rendirent à la chasse tous ensemble. Quand ils rentrèrent les femmes commencèrent à coudre, puis une semaine plus tard les tribus étaient vêtues magnifiquement de peaux de renard, d’ours, de mammouths ainsi que de moutons. Ils restèrent tous ensemble jusqu’à ce que les Touna, hommes de Néandertal, périssent.
    Vingt ans plus tard, Plume-Noire tomba amoureuse de Flocon et elle se métamorphosa en louve. Ils vécurent heureux dans le clan des Touna.

Laisser un commentaire